Autonomie et fragilité : l’offre paramédicale s’étoffe

Publié le 22-05-2019

 Depuis plusieurs années la compréhension des troubles et besoins liés à l’âge s’affine. Et les soins ou l’accompagnement nécessaires à leur traitement s’enrichissent heureusement de nouvelles pratiques. Dans le domaine paramédical, on voit ainsi de nouveaux métiers émerger. Zoom sur les spécificités et les promesses de quatre d’entre eux.

 

Le chiropracteur ou l’art de manier la colonne vertébrale

Selon le Larousse, la chiropraxie est une « méthode thérapeutique visant à soigner différentes affections par manipulations des vertèbres ». Diplômé en la matière, le chiropracteur est spécialisé sur les troubles neuro-musculo-squelettique. Il a une appréhension fine des liens entre la colonne vertébrale et le système nerveux.

En pratique, les chiropracteurs manipulent donc principalement les vertèbres, le bassin et certaines articulations, comme les épaules et la nuque.

Pourquoi le consulter ?

C’est une profession paramédicale manuelle qui consiste à traiter et à prévenir les douleurs cervicales et du dos comme les lombalgies, les sciatiques, les lumbagos, mais aussi certains maux de tête et les vertiges. Globalement cette discipline va donc permettre de lutter contre la perte de mobilité.

 

Le réflexologue ou l’art de la stimulation millimétrée

La réflexologie est une pratique thérapeutique utilisant le massage de points réflexes situés sur les pieds, les mains, les oreilles ou la tête. D’après les bases théoriques de cette discipline, il existe ainsi des zones réflexes qui seraient chacune « reliée » à un organe, une glande ou une partie du corps via des terminaisons nerveuses.

En effectuant des points de pression sur une zone ciblée, le réflexologue va donc stimuler des nerfs en lien avec divers organes. Cette pratique entraînerait la production d’endorphine ou l’augmentation de la circulation de la lymphe dans l’organisme, soulageant ainsi les patients.

Pourquoi le consulter ?

Le rôle du réflexologue est de libérer les tensions et de stimuler l’autorégulation du corps. Une consultation est donc toute indiquée pour réduire stress et anxiété, pour améliorer le sommeil ou encore  pour soulager des effets secondaires de certains médicaments. Les services de gérontologie et d’oncologie y recourent ainsi pour réduire les effets indésirables d’une chimiothérapie par exemple.

 

Le physiothérapeute ou l’art de rééduquer

La physiothérapie est une pratique paramédicale de rééducation. Cette discipline traite les blessures musculo-squelettiques, et vise un rendement fonctionnel optimal. Elle s’appuie sur une variété de traitements physiques, depuis les massages jusqu’à l’utilisation d’eau salée, de froid ou d’ultrasons.

Elle peut aussi être proposée par des masseurs-kinésithérapeutes.

Pourquoi le consulter ?

Le recours à un physiothérapeute est tout indiqué pour traiter les douleurs osseuses, articulaires, musculaires ou nerveuses suite à une chute brutale ou autre accident. Il va ainsi traiter des entorses, des tendinites, des hernies discales ou encore des déchirures musculaires. Et il peut aussi améliorer la qualité de vie des personnes souffrant d’une incontinence.

 

L’ergothérapeute ou l’art du maintien dans l’autonomie

L’ergothérapie  « maintient, restaure et facilite » l’activité de personnes en situation de handicap, avec des capacités diminuées ou malades. C’est une discipline d’exercice, de conseil et d’accompagnement.

L’ergothérapeute va ainsi, sur la base d’entretiens et d’évaluations déterminer les solutions adéquates (activités, gestuelle, aide technique…) pour qu’une personne puisse mener sa vie en autonomie et sans souffrance cachée.

Pourquoi le consulter ?

En cas de handicap ou de dépendance, l’ergothérapeute va aider les personnes à retrouver de l’autonomie dans leur vie quotidienne. En aidant une personne âgée à trouver ses repères et à effectuer les bons gestes pour faire ses courses seule par exemple. En montrant à un patient victime d’un AVC comment faire les choses du quotidien avec une seule main. Ou en conseillant les personnes âgées souhaitant rester à leur domicile à adapter et aménager leur logement.

Usbek&Rica

Tags : Santé : prévenir la fragilité

consequat. consectetur nec ut suscipit id ut