Fragilité des seniors : un congrès pour en parler

Publié le 02-04-2019

  Dans nos sociétés contemporaines, le vieillissement des populations pose deux questions majeures. Celle du maintien prolongé dans l’autonomie ainsi que celle de la prise en charge des personnes âgées très fragiles. Deux enjeux dont discuteront les professionnels réunis à Paris, les 4 et 5 avril, lors du 7e congrès francophone dédié au sujet de la fragilité. Au programme notamment la présentation des recherches et innovations pour une prévention toujours plus personnalisée et précoce.

 

Vieillir le plus longtemps possible en bonne santé fait partie des priorités de l’Organisation mondiale de la santé. Pour ce faire les professionnels estiment que la stratégie d’accompagnement du vieillissement doit évoluer.

Les 4 et 5 avril prochain, le 7e congrès francophone consacré à la fragilité du sujet âgé et à la prévention de la perte d’autonomie mettra ainsi en lumière les recherches et les innovations imaginées pour mettre en œuvre cette évolution.

Une conférence dédiée aux avancées du programme de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur le vieillissement en 2019 permettra de faire un état des lieux de la situation sur la planète et de souligner quelles sont les urgences. Un point qui devrait par exemple montrer qu’après 75 ans, « il est important de pouvoir monitorer régulièrement les fonctions à l’aide d’instruments de mesure et de nouvelles technologies pour pouvoir intervenir le plus rapidement possible », écrivent les organisateurs du Congrès.

Une autre conférence aura d’ailleurs pour thème « Le repérage et la prise en charge de la fragilité : quels enjeux pour la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie (SFGG) ». En effet, plus les facteurs de risque et les causes d’une perte de fonction sont connus tôt, plus les équipes médicales sont en mesure de limiter la fragilisation des personnes âgées.

Le potentiel des nouvelles technologies en question

A cet égard mais aussi pour accroître l’autonomie des seniors, le Congrès parisien fera le point sur les innovations technologiques et leur apport en matière de santé. Denis Guiot, Eloïse Sengès et Marie Kerekes, chercheurs à l’Université Paris-Dauphine, échangeront autour des solutions robotiques et de leur potentiel pour bien vieillir. Quand les médecins de l’Hôpital Broca, Georges Pisica-Donose et Olivier Hanon,et le co-fondateur de Healthy Mind, Reda Khouadra, se pencheront sur l’acceptabilité et l’évaluation de la réalité virtuelle thérapeutique chez les personnes âgées fragiles.

Le rôle des aidant dans la prise en charge du vieillissement sera aussi discuté. Ce sera notamment le sujet de la conférence n°8 intitulée « Comment prendre soin de nos parents à domicile comme en établissement ? »

Et le potentiel de certaines données clés ne manquera pas d’être rappelé. « Dans l’avenir, les recherches de biomarqueurs du vieillissement vont pouvoir prédire, de façon plus précise, les sujets à risque de perte de capacités intrinsèques et d’autonomie, et vont permettre de mettre au point des nouvelles thérapies visant à maintenir ses fonctions », soulignent encore les organisateurs du Congrès.

Durant ces deux jours, participants et conférenciers auront donc à cœur de partager les recherches, connaissances, retours d’expériences et autres outils de pointe afin d’améliorer les stratégies d’accompagnement du vieillissement.

Usbek&Rica

Tags : Archives

non consequat. et, commodo ut Phasellus elit. quis accumsan