Après une période teintée de défiance, de plus en plus de séniors sont aujourd’hui adeptes des achats en ligne. Qu’est ce qui les attire dans ce nouveau mode de consommation ? Qu’achètent-ils et comment les marques doivent-elles s’y prendre pour les séduire ? Enquête sur le shopping 2.0 des séniors.

Nicole sort du pressing en tenant dans ses mains un carton. Car cette fois-ci cette ancienne institutrice de 64 ans n’a pas déposé son chemisier blanc : elle a retiré des capsules de café commandées deux jours avant sur Internet : « Cela fait au moins cinq ou six ans que j’achète en ligne. Pour certains produits que je trouve difficilement autour de chez moi, c’est drôlement pratique. Par contre, je choisis toujours l’option retrait en point relais. Cela m’évite d’attendre le facteur. »

Comme Nicole, et selon une étude Ipsos de 2016, 51 % des séniors effectuent régulièrement des achats sur internet. Un chiffre qui atteint 66 % pour les acheteurs occasionnels.

À la recherche des bonnes affaires

Ce qui séduit particulièrement les séniors dans l’achat en ligne, c’est le fait de pouvoir comparer les prix et de bénéficier de bonnes affaires. « Je ne réserve plus d’hôtel sans passer par internet explique George, un sexagénaire fraîchement retraité. Cela me permet de payer mes voyages au juste prix et parfois même de faire d’excellentes affaires. »

Autres arguments qui penchent en faveur de l’achat en ligne : gagner du temps et limiter ses déplacements, une option précieuse pour certains séniors qui rencontrent des problèmes pour marcher ou ne disposent pas de véhicules pour se déplacer.

Ce qui peut à l’inverse constituer un frein à leur démarche d’achat en ligne, c’est la sécurisation des paiements. George, malgré ses achats très fréquents, a quelques inquiétudes à ce sujet : « quand on voit toutes ces histoires de piratage de comptes, c’est sûr qu’on y réfléchit à deux fois avant de laisser son numéro de carte sur internet. Moi je n’achète que sur des sites que je connais et dans lesquels j’ai une parfaite confiance. Après c’est évident qu’on ne peut jamais être complètement sûrs »

Voyages et habillement

Que contient la liste de course 2.0 des séniors ? d’après une récente étude SOFRES, on y trouve d’abord des vêtements puisque 53% des séniors déclarent s’habiller de temps en temps sur internet.

Viennent ensuite les accessoires pour le jardin, la décoration et l’équipement de la maison avec 39 % de consommateurs de plus de 50 ans. 33 % achètent des biens culturels tels que la musique et les livres, 37% des voyages, des billets de train ou d’avion, 33% s’abonnent à des journaux ou des magazines en ligne, 14 % effectuent des dons, et 13% consomment du vin et des produits gastronomiques.

Mais ce qui se démarque le plus dans le mode de consommation des séniors, c’est sans surprise leur budget.
En effet, après 50 ans, ils disposent d’un pouvoir d’achat sensiblement plus élevé que la moyenne des français et forcément cela se ressent sur leur panier.
Les équipes de Price Minister, célèbre site de vente en ligne, ont par exemple relevé que les séniors contribuent à hauteur 23 % du chiffre d’affaire alors qu’ils ne représentent que 20 % des inscrits.

Un marché prometteur

Alors comment les acteurs de l’e-commerce doivent-ils s’y prendre pour séduire cette cible de choix ?Essentiellement en misant sur la transparence. Les plus de 50 ans sont en effet très attentifs à la communication des marques et ont tendance à vérifier toutes les informations données avant d’effectuer leurs achats. Il est donc impératif de rassurer, à la fois sur les bénéfices que le produit pourra apporter au consommateur mais aussi sur les facteurs sociaux et environnementaux liés à la production.

Un public exigeant donc, mais qui vaut bien quelques petits efforts puisque les séniors représentent une part de croissance future très importante pour le secteur.

 

Le shopping 2.0 des séniors