Du 9 au 12 avril derniers, Génération Care était présent aux côtés de La Retraite en clair sur le Salon des Seniors, Porte de Versailles. A cette occasion, nous avons posé quelques questions à nos visiteurs.

A quel âge est-on vieux ?
C’est une question que l’on affectionne particulièrement sur Génération Care et pour laquelle 55% de nos sondés ont répondu : « Cela dépend de chacun ». Preuve que le senior devient bien un individu comme les autres : une personne qui vieillit comme elle vit, selon son environnement, son mode de vie et sa personnalité. L’âge officiel de la vieillesse, en plus d’être largement repoussé à partir de 75 ans, tendrait-il à disparaître ?

Jusqu’à quel âge vous projetez-vous en forme ?
S’il n’y a plus UN âge qui sonne l’entrée dans la vieillesse (comme, jadis, 60 ans marquait le grand tournant), chacun peut donc espérer se voir en forme jusqu’à l’âge qui lui plaira ou lui paraîtra le plus juste. Ils sont ainsi près de 37% d’optimistes à nous avoir répondu qu’ils se voyaient en forme « jusqu’au bout de la vie », cette réponse atteignant les 75% chez les plus de 80 ans. L’optimisme grandirait-il avec l’âge ? En tout cas, 20% d’autres sondés situent ensuite leur forme jusqu’à 80 ans. Encore une fois, nous sommes loin des 60…

A quel âge doit-on commencer à préparer ses « vieux jours » ?
D’après nos sondés, il vaut mieux s’y prendre tôt ! A 50 ans d’après 51% d’entre eux et même avant : si le choix leur avait été donné certains auraient choisi 40 et même 30 ans. Comme si, finalement, les « vieux jours » restaient assimilés aux jours « après la retraite ». La barrière des 60 ans serait-elle en train de réapparaître, invisible mais toujours présente ? Il serait temps, alors, de trouver des solutions pour que la retraite ne fasse définitivement plus rupture, non ?

Quelles sont vos recettes pour bien vieillir ?
Deux choix étaient possibles et deux réponses sont arrivées ex aequo : « Manger sainement » et « Faire du sport » données chacune à 54%. Notre corps s’est ainsi affiché comme notre premier capital pour bien vieillir. Dans une société de la performance cela paraît cohérent. Le sprint devient juste marathon. Plus surprenant, seuls 5,5% de nos sondés ont estimé que « s’occuper de leurs petits-enfants » était une clé du bien-vieillir. Cela ne confirme-t-il pas l’idée qu’aujourd’hui les grands-parents ont d’abord une vie (et des baskets) et ensuite des petits-enfants ?

Les objets connectés peuvent-ils vous aider à bien vieillir ?
Eh oui, le bien-vieillir, encore lui… C’est tout de même un impératif quand l’âge du senior s’étire, s’étire. A nouveau, deux choix possibles. Pour 48% des interrogés, oui, les objets connectés peuvent leur servir à « mieux communiquer ». Autrement dit, rester connecté aux autres est aussi une dimension du bien-vieillir. Ne pas être en rupture, on y revient. Est-ce toutefois trop tard pour les 80 ans et plus, qui nous ont répondu à 100% que « non », ils ne pensaient pas que les objets connectés pouvaient les aider à bien vieillir ? La rupture numérique est une autre de ces ruptures sur laquelle nous devons nous pencher. Sur Génération Care, en tout cas, nous y réfléchissons.

Quelques questions posées sur le Salon des Seniors