Cette année, la semaine bleue (3-9 octobre)¹ a choisi pour thème l’intergénérationnel. Dans ce domaine, le monde aussi a changé. A la faveur des révolutions démographique et numérique, les initiatives de mise en relation entre générations via des sites internet ou des prestations de service originales se multiplient et peuvent favoriser le « bien vieillir demain ». Nous avons choisi de vous en présenter trois qui, chacune à sa manière, favorise un rapprochement entre jeunes et vieux.

 

Les Talents d’Alphonse : mettre en valeur les savoir-faire des retraités
Les talents d'AlphonseIls ont fait grande impression au TEDx Paris : Barthélémy Gas et Thibault Bastin, sont les fondateurs de la toute récente start-up (début 2016) Les talents d’Alphonse. Leur idée ? Faire se rencontrer jeunes et plus vieux autour d’une passion commune. Ainsi, ils proposent à des «  curieux », des jeunes qui souhaitent apprendre un savoir-faire, de prendre des cours auprès des « Alphonse » ou  » Alphonsine », des baby-boomers à la retraite, qui ont le temps et l’envie de transmettre leurs talents. Des cours à prix réduits pour les uns, un complément de revenu pour les autres, et, pour tous, une occasion de « prendre le temps de découvrir l’autre », explique Barthélémy Gas. « A terme, nous aimerions qu’ils créent du lien durable au-delà des cours ». L’idée des Talents d’Alphonse est venue à ces deux copains d’école d’ingénieurs passionnés d’économie sociale et solidaire au retour d’une année à l’étranger, l’un aux Philippines, l’autre au Congo. « Nous avons été émerveillés par l’entraide globale, et le respect envers les anciens. Une personne plus âgée est toujours respectée, les autres viennent chercher auprès d’elle un savoir », explique Barthélémy. Et ce alors qu’en France, de plus en plus de seniors se retrouvent isolés, voire « mal vus ».
Avec  400 heures de formation déjà effectuées, les deux fondateurs regorgent de belles histoires. Ainsi, celle de Nicole, première Alphonsine et ambassadrice du site qui, après avoir donné des cours de couture à une « curieuse », est partie avec elle en vacances à l’Ile Maurice !

Chaque heure de formation coûte 17,70 euros, dont 15 reviennent à l’Alphonse (qui peut le déclarer en bénéfices non commerciaux). Pour l’instant le site, qui s’est bâti avec l’aide du crowdfunding, se concentre sur la transmission de cinq savoir-faire : couture, photographie, musique, jardinage et bricolage. Il espère pouvoir petit à petit s’étendre à toute la France.

 

« Mamie régale » propose de cuisiner des bons petits plats pour des salariés pressés…
Mamie régaleMamie régale n’a qu’un an mais a déjà fait parler d’elle. Située dans la région de Toulouse, cette start-up fondée par deux femmes vient d’ouvrir son site. Le principe ? Mettre en relation des particuliers, permettant ainsi à des salariés de commander pour leur déjeuner des plats préparés par des retraités passionnés de cuisine. La relation repose sur un trio : la mamie ou le papy (pour l’instant, il y a une soixantaine de mamies et un papy) sont recrutés par un « toqué », un intermédiaire autoentrepreneur recruté et formé par Mamie régale, qui leur fournit la matière première (des produits issus au maximum de l’agriculture raisonnée) et effectue les livraisons auprès des salariés. Le toqué est donc source d’un premier lien avec ses mamies, mais la relation ne s’arrête pas là. Une fois par mois, il a pour mission de les présenter aux salariés pour qui elles ont cuisiné. Souvent aussi, les mamies sont amenées à se rencontrer, voire à cuisiner ensemble.
« Mamie régale travaille en pré-commande, explique Claude Kylia, une des deux fondatrices. Les salariés ont entre 7 jours et 24 heures pour commander leur plat : nous leur proposons une formule plat-dessert à 12 euros. Pour l’instant, l’activité est limitée à la région de Toulouse », souligne-t-elle. Un soin particulier est par ailleurs apporté aux process afin de consolider au maximum la jeune structure. Au printemps prochain, Mamie régale, qui a déjà livré 3 800 repas et vient de lancer une opération de crowdfunding, entamera un tour de France dans les villes qui se sont déjà montrées intéressées. Elle espère, à terme, développer son modèle économique sur tout l’hexagone.

 

« Familions-nous » ou comment recréer un lien familial manquant
Familions nousDans un monde qui change, et avec l’allongement de la durée de la vie, la famille évolue. De nombreux seniors se retrouvent seuls, ou n’ont plus de liens avec leurs proches. Par ailleurs, certains « jeunes » souffrent de l’éloignement de leurs proches, du fait de mobilités géographiques ou encore de problèmes familiaux. Ce manque est à l’origine de « Familions-nous », dont l’objectif est de ré-enchanter le lien familial. La start-up bretonne propose de mettre en relation des personnes de tous âges qui ont envie de nouer des relations plus profondes que les simples sites de « sorties » sans être des relations amoureuses. Trouver sa « sœur de cœur » à 70 ans, ou une mère ou un père d’adoption à 20 ans, c’est possible. Via un abonnement, ce site propose de rencontrer près de chez soi des personnes avec lesquelles un lien fort va se créer. « L’objectif de Familions-nous est de faciliter la rencontre avec des personnes qui ont déjà cette envie et des points communs, et la possibilité de se parler sur le site », explique la fondatrice, Anne-Sophie Renaudineau.
Si le site fonctionne par abonnement, explique encore Anne-Sophie Renaudineau, c’est d’abord pour s’assurer de ne pas avoir n’importe qui et ne pas prendre le risque que des personnes passent par là sans véritable implication. En outre, l’abonnement, qui peut durer plusieurs mois, doit permettre aux personnes qui s’inscrivent de prendre le temps d’échanger, avant de se rencontrer. Avec déjà plus de 320 abonnés et des retours très encourageants des personnes qui sont entrées en relation, elle espère donner une chance à des personnes en recherche de liens, de choisir leur famille.

Pour en savoir plus :
http://www.lestalentsdalphonse.com/
http://www.mamie-regale.fr/
http://www.familions-nous.fr/

Sandrine Goldschmidt

¹ Semaine nationale des retraités et des personnes âgées

L’intergénérationnel, clé d’une deuxième vie réussie