En réaction aux défauts des assistants virtuels, deux entrepreneurs du Texas ont conçu Knocki, un appareil connecté qui, une fois attaché à une surface, la rend entièrement connectée. Son but ? Simplifier les interactions entre la maison et l’extérieur.

Les objets connectés envahissent nos maisons. Du thermostat intelligent à l’ampoule connectée, ils transforment nos domiciles en véritables « smart homes » pour servir une utilisation efficiente de l’énergie ou simplement faciliter l’interaction avec notre environnement. Simplifient-ils vraiment nos vies pour autant ? L’installation et la configuration de ces appareils, au même titre que leur gestion au quotidien, dès lors qu’ils commencent à s’accumuler, peuvent parfois s’apparenter à un véritable casse-tête chinois. Pour éviter que les utilisateurs ne s’y perdent, des solutions ont vu le jour. C’est le cas par exemple des assistants virtuels fonctionnant par reconnaissance vocale. Ainsi, par le biais d’Amazon Alexa ou OK Google, gérer la température du salon ou éteindre la lumière de la chambre devient possible par le simple biais de la voix. Cependant, encore aujourd’hui, ces compagnons de vie ont du mal à comprendre les forts accents et ne demeurent donc pas fiables à 100%.

Partant de ce constat, les entrepreneurs Jake Boshernitzan et Ohad Nezer ont inventé Knocki, un petit objet intelligent et discret qui se fixe à une surface – un mur, une table, une porte de placard – et la transforme automatiquement en télécommande capable d’actionner les différents appareils connectés de la maison. Pour cela, il suffit de tapoter la surface selon un code prédéterminé. L’utilisateur peut en effet, via l’application smartphone de Knocki, configurer le nombre de petites tapes à effectuer sur la surface pour enclencher l’action. Tapoter trois fois sur la table de chevet pourrait ainsi correspondre au fait de lancer automatiquement la machine à café ou d’augmenter la température de la pièce.

Knocki

Knocki s’intègre aujourd’hui avec les ampoules intelligentes de Philips, mais aussi avec la suite de produits Samsung SmartThings et le thermostat intelligent de Nest. Toutefois, nul besoin de posséder les derniers gadgets en matière de smart home pour profiter des bénéfices de Knocki. À titre d’exemple, une fois attaché à la porte d’entrée, il serait alors capable de notifier l’utilisateur de la présence d’un étranger à sa porte.


Lancer un appel en tapant sur la table

Knocki pourrait aussi constituer un moyen simple de communiquer entre les membres de la famille. Un des premiers utilisateurs du produit a ainsi décidé de fixer un exemplaire sur le cabinet de toilette de son père dans le but de lui rappeler de bien prendre ses médicaments. En toquant sur la porte du placard, il informe son fils, qui reçoit alors une notification sur son smartphone, de la bonne prise de son traitement. Enfin, pour les personnes à mobilité réduite ou souffrant de troubles de la vue, Knocki pourrait également constituer un moyen facile d’envoyer des messages d’alerte. Taper deux fois sur la table ou sur le mur du salon pourrait lancer automatiquement un appel vers son médecin ou un de ses proches.

La jeune pousse offre en somme une vision novatrice de la maison intelligente. Au lieu de démultiplier les écrans et les interfaces, Knocki connecte le mobilier existant et se fait l’écho d’une technologie qui s’efface pour mieux imprégner notre quotidien.

Pour l’heure, Knocki a levé un total de 1,9 million de dollars. La jeune pousse dont les locaux se situent à Houston au Texas a fait parler d’elle en explosant ses objectifs de campagne Kickstarter (plateforme pour lever des fonds auprès d’internautes) en une heure seulement. Des 35 000 dollars que l’équipe s’était fixés au lancement de campagne, 1,1 million de dollars ont finalement été récoltés auprès du public. À ce jour, Knocki aurait distribué plus de 22 000 unités au prix unitaire moyen de 89 dollars. La dernière édition du CES a également été l’occasion de récompenser la start-up du prix du public lors de la compétition hardware organisée par TechCrunch.

 

Par Pauline Canteneur
L’Atelier BNP Paribas North America
logo-atelier

Une jeune pousse révolutionne la maison intelligente