Si le vieillissement n’est ni une maladie, ni une contagion, l’ isolement des âgés continuera pourtant à se propager, si nous n’y remédions pas. Face au phénomène, une école parisienne de communication, l’IESA multimédia, a mis ses étudiants en compétition pour imaginer des campagnes virales afin de sensibiliser à la cause et rompre l’isolement.

Au regard des projets, on sent que les étudiants ont pris plaisir à défendre leurs aînés, en répondant le plus souvent avec humour, qu’il soit léger, potache ou cynique. Une façon qu’ont eue les jeunes de s’adresser aux jeunes, dans le rythme de l’éphémère. Ainsi ont-ils atteint, plus ou moins, leurs cibles  notamment lorsqu’ils ont voulu choquer celles-ci pour augmenter leur impact. Or le choc maîtrisé, et sans gravité, auprès des hyperconnectés, s’est fait bien réel auprès de certaines associations qui agissent sur le terrain, depuis des années. Aux valeurs du digital et de la performance statistique, ce sont ainsi opposées les valeurs du concret, du respect et de la réalité humaine.

Pour notre part, nous saluons particulièrement les projets qui ont cherché des solutions dans l’intergénérationnel, surtout lorsque ceux-ci ont su mixer les codes des générations pour aller vers quelque chose de nouveau et d’optimiste. Nous adressons donc notre mention spéciale à monpoteagé.fr qui, parmi les projets que nous avons vus, a donné la place la plus vivante aux personnes âgées et à tout ce qu’elles peuvent encore apporter.

D’autres exemples d’initiatives : 
En voiture Simone
Oldyssée
Comme des gosses

Isolement des âgés et viralité