Renforcer le lien social, lutter contre l’isolement d’un côté, contre l’échec scolaire de l’autre, passe par la rencontre des générations. Au ministère de l’Education Nationale, Carole Gadet, qui travaille depuis 15 ans sur des projets intergénérationnels, développe cet axe clé du mieux-vivre ensemble et nous explique les bienfaits de ces projets qui ne cessent de se développer.

Carole Gadet a toujours pensé que la transmission et le partage réciproque des savoirs étaient des clés du vivre ensemble. En 1999, alors institutrice, elle initie un projet pédagogique réunissant les élèves de son école, dans le 20e arrondissement de Paris et les résidents d’une maison de retraite voisine. 15 ans de projets qui n’ont cessé depuis de se développer. Parallèlement elle expose en 2004 les photos de ses ateliers à la mairie du 20e et crée l’association « Ensemble demain », parrainée par de grands noms (Albert Jacquard, Edgar Morin, Erik Orsenna…), pour faire connaître les bienfaits de l’intergénérationnel à un public plus large.

Aujourd’hui chargée de mission au ministère de l’Education Nationale, Carole Gadet travaille à l’élargissement de l’impact de l’intergénérationnel en sensibilisant les académies de l’Education Nationale à ces projets, en formant les acteurs et en diffusant les bonnes pratiques à l’international.

En 2013, elle a organisé pour la première fois un colloque intitulé « Ensemble demain ». En novembre de la même année, elle a organisé avec le ministère de l’Education Nationale le premier séminaire européen sur l’intergénérationnel et la citoyenneté.

Jeunes et vieux : l’envie de se rencontrer
Pour elle, les bienfaits de l’intergénérationnel sont multiples, à condition de ne pas faire n’importe quoi.
« C’est pourquoi nous avons développé des modules de formation pour les enseignants, nous préparons les équipes pédagogiques, les élèves et les personnes âgées à la rencontre », explique Carole Gadet. Bien préparés, les élèves ne sont du coup pas mal à l’aise face aux personnes âgées.
« Ils oublient totalement le côté maladie, physique, vieillesse », dit-elle. Dans l’autre sens, la présence des jeunes désinhibe certaines vieilles personnes, qui d’un coup se remettent à parler, à participer, à s’investir.

L’intergénérationnel semble aussi une bonne motivation pour les élèves « difficiles ». « La punition la plus dure, pour des élèves en difficulté », constate Carole Gadet, « c’est de les priver de visite à la maison de retraite ».

Innovation, transmission et partage, pour repenser la société
L’intergénérationnel à l’école, c’est donc une approche transversale et atypique dans une institution qui n’en a pas toujours eu l’habitude, mais dont le bénéfice ne s’arrête pas aux portes de l’établissement.
«  Il s’agit de repenser la société », estime Carole Gadet. « Nous sommes dans une société du vieillissement où il faut apprendre à vivre ensemble pour que ce soit gagnant-gagnant. D’un côté, on réfléchit à comment, en travaillant dès le plus jeune âge on va permettre aux enfants d’avancer dans la société autrement, avec un autre regard sur la vieillesse ».
De l’autre côté, il s’agit de  « revaloriser une génération à qui l’on a dit : vous êtes retraités, c’est fini.
Cela apporte une richesse incroyable. On ne valorise pas assez encore ce que la transmission et le partage peuvent apporter aux uns et aux autres ».

Les principaux axes des projets proposés par le ministère de l’Education Nationale
Les actions sont déclinées en fonction des programmes scolaires et sont proposées dans le cadre de projets de classes et d’établissements :
– Projets d’actions citoyennes où les classes travaillent en partenariat : avec des étudiants en Université ou de grandes écoles, des retraités, des associations de retraités, des clubs du troisième âge, des maisons de retraite, des théâtres, des centres culturels…
– Projets interculturels et intergénérationnels de la maternelle au lycée déclinés en fonction des programmes : lecture, contes, sciences, nouvelles technologies, chorale, jardinage, etc.
– Rallyes patrimoines,
– Interventions de témoins retraités : mémoire et patrimoine,
– Projets d’échanges internationaux entre les classes engagées dans les projets intergénérationnels.

Sandrine GOLDSCHMIDT

L’intergénérationnel, c’est l’avenir !