Lors du Jam « Vieillir Demain », un moment fort de notre immersion dans le futur a été la visite du Cardif Lab’. Le Cardif Lab’ est le laboratoire d’innovation de BNP Paribas Cardif. Les jammers, et notamment les baby-boomers, ont pu y découvrir, et parfois tester, des innovations concrètes pour inventer une façon de vieillir bien différente de ce qu’ils avaient pu imaginer jusque-là. Particulièrement au sujet de la santé. Surveiller sa santé en temps réel, pallier les déserts médicaux, dépasser les handicaps, les jammers sont allés de curiosités en réassurance quant à la santé de demain.

Ma forme en taille XXL
OmSignal4Aux baby-boomers du Jam « Vieillir demain », le Cardif Lab’ aurait pu présenter des pantoufles connectées. Il faut bien se reposer. Or, le t-shirt connecté était tellement plus adapté : les seniors sont de plus en plus sportifs et la santé passe, on le sait, par l’activité. Le vêtement intelligent d’OMsignal, société française, a ainsi été sélectionné. Il mesure notre fréquence cardiaque et notre rythme respiratoire, il compte nos calories et nos pas, et conserve enfin toutes ces données dans l’historique de notre condition physique. Résistant à la pluie, aux éclaboussures et à la transpiration, les seniors savent désormais qu’ils pourront se dépasser sans compter, grâce à leurs t-shirts connectés.

 

Chut, j’auto-surveille ma santé
medicine, diabetes, glycemia, health care and people concept - close up of man checking blood sugar level by glucometer and test stripe at homePour prolonger la plongée parmi les objets connectés de la santé de demain, le Cardif Lab’ a misé sur deux incontournables : le glucomètre et le tensiomètre. Pourquoi ces deux objets ? Parce que le diabète de type 2 touche 15% des plus de 65 ans et que l’hypertension touche 4 personnes sur 10 chez les plus de 60 ans. Conçus tous deux par la marque iHealth, ils sont simples d’utilisation et nous permettent de suivre notre état de santé, au quotidien, en toute autonomie. Evolution du taux de sucre pour l’un, mesure de la tension artérielle, de la fréquence cardiaque ou détection de l’arythmie pour l’autre, chaque donnée peut être transmise à notre médecin, à distance et en temps réel. Un moyen efficace de réajuster le traitement médical quand il en est besoin et de prévenir toute complication.

 

Mon généraliste vit à 200 kilomètres de chez moi
Consult station
De plus en plus, nous mesurerons donc notre forme, nous surveillerons notre état de santé, mais si nous avons besoin de consulter notre médecin et qu’il n’y en a pas autour de nous, que ferons-nous ? En France, on compte aujourd’hui 192 déserts médicaux, ce qui touche 2.5 millions de personnes. Or 85% des motifs habituels de consultation d’un généraliste peuvent se résoudre à distance. Conclusion ? Les jammers ont découvert, au Cardif Lab’, la Consult Station : une cabine de téléconsultation équipée d’écrans pour communiquer et de multiples instruments professionnels pour mesurer l’état de santé du patient. Elle est accessible à toute personne suffisamment mobile et capable de suivre les instructions de l’appareil. Une solution innovante pour recréer du lien avec un médecin là où, physiquement, il n’y en a plus.

 

Je n’entends pas, appelle-moi
Parmi les craintes associées au fait de vieillir, on peut légitimement redouter de perdre l’audition. En France, 40% de la population âgée de plus de 65 ans est malentendante. Quand on entend mal, on se coupe des conversations, on ne téléphone plus. Nos relations sociales en souffrent et notre autonomie diminue au quotidien. Autrement dit, perdre l’audition, c’est progressivement s’isoler et ça, ce n’est plus concevable pour les nouveaux seniors. Heureusement, le monde change et Olivier Jeannel, malentendant depuis l’enfance, a eu l’idée de créer RogerVoice, une application smartphone qui permet aux personnes malentendantes ou même sourdes de téléphoner. Comment ? En retranscrivant les conversations en temps réel. C’est immédiat, automatique et sécurisé. L’application permet aussi de connecter le téléphone à un dispositif médical acoustique. Bon à entendre, non ?

 

Et si, demain, je m’imprimais une main ?
Prévenir que nous allons devenir acteurs de notre santé, c’est important, le démontrer par un exemple aussi ingénieux que spectaculaire, c’est réjouissant. Les participants du Jam « Vieillir demain » ont ainsi plébiscité la prothèse de bras, faite maison, de Nicolas Huchet. Oui, vous lisez bien. Ce jeune Rennais de 30 ans, amputé de l’avant-bras à 18 ans et insatisfait de sa prothèse, a tout simplement décidé d’en créer une autre, faite de poulies, de moteurs, de fils électriques et de cartes électroniques. Une prothèse bionique, sur-mesure, élaborée dans un fablab (atelier de fabrication communautaire), grâce à l’impression 3D. Une aventure hyper-technologique qui est tout autant humaine et qui ne fait que commencer. Nicolas Huchet a lancé Bionico Hand bionicohand.wordpress.com, un projet ouvert à tous, où l’on peut télécharger gratuitement des plans pour agir sur son handicap, à moindre coût. Et si l’égalité d’accès aux soins, c’était pour demain ?

 

Mon avis sur ces technologies
A vous de nous dire maintenant : est-ce que ces innovations vous inspirent pour inventer le vieillir de demain ? Qu’est-ce qui vous plaît, qu’est-ce qui vous déplaît ? Avez-vous des espoirs, avez-vous des craintes en matière de santé ? Via les commentaires ci-dessous, faites-nous part de votre avis et de vos idées pour inventer la santé de demain.

Immersion dans la santé de demain