Depuis cinq ans Michel Maruenda vit chaque jour avec jubilation. Normal, dirait-on en Espagne, puisqu’il est à la retraite (jubilacion en espagnol signifie retraite). Mais ce plaisir de vivre avec joie et aussi intensément cette période de vie n’est pas donné à tous. Michel le sait mieux que quiconque puisqu’il est aujourd’hui devenu coach auprès de seniors afin de  transmettre son expérience et son savoir-faire pour éviter que la retraite se transforme en épreuve.


Un avenir après la vie professionnelle

Michel Maruenda n’a d’ailleurs pas attendu le départ à la retraite pour construire son projet. Cadre dirigeant dans de grands groupes du CAC40, il a parcouru le monde à longueur d’années pour piloter de grands projets. C’est au cours de ces voyages et des attentes interminables dans les aéroports qu’il s’est projeté dans la temporalité d’un après cette vie professionnelle. Le mot avenir s’est affiché comme un mot clef « pour ne pas finir comme tant d’autres dans le cimetière des éléphants », dit-il. Non, il ne passerait pas à côté de l’essentiel et il ne finirait pas non plus dans un placard, fût-il doré. Un dernier sommet l’attendait, celui d’une retraite-renaissance.

 

Inventer son avenir
Tout était à inventer, car  la retraite est un nouveau terrain à conquérir. C’est une approche qui demande un travail et une préparation que Michel a testé sur lui-même avant de coacher d’autres personnes avec succès.
« Très vite, j’ai réalisé que  les modes d’emploi « préfabriqués » ne sont jamais adaptés aux besoins singuliers de chacun. Mon projet était d’une dimension qui dépassait tous mes autres projets, non seulement sur la durée, car j’avais enfin du temps devant moi – vingt ans, voire plus, c’est énorme –  et  professionnellement jamais je n’en avais eu autant pour mener des projets. Mais surtout, ajoute-t-il, je savais que ce serait le dernier chapitre de ma vie et je voulais l’écrire au mieux ».

 

Se coacher soi-même pour mieux coacher les autres
Fort de son expérience, Michel a conceptualisé sa méthode et son approche qui s’appuie sur une évaluation précise de la réalité, dit-il. « Si la retraite est un rêve, elle n’est pas faite pour les rêveurs ». D’abord, il faut évaluer le potentiel personnel de chacun car il est impératif de faire avec ce qu’on est et ce qu’on a. Il a retroussé ses manches et a commencé par lui-même pour s’assurer que tous les ingrédients seraient compatibles avec son projet. Et c’est là, l’art du coach.

 

Montrer la voie d’une « retraite renaissance »
Sur une grande feuille blanche, il a noté ses acquis : « j’avais quatre actifs. Physiquement, je n’avais pas de problème. J’ai donc décidé d’entretenir mon corps par des activités sportives. Mon deuxième actif, c’était mes compétences professionnelles de dirigeant et je souhaitais les transmettre, aussi bien dans un cadre commercial, que bénévolement ». Pour y arriver, Michel Maruenda a entrepris une formation professionnelle en « conduite de coaching et supervision », qui lui permet aujourd’hui d’ accompagner des cadres et des entrepreneurs sociaux.
« Dans le cadre de ces activités, j’ai pris conscience du désarroi que pouvaient vivre des cadres seniors en fin de carrière et j’ai alors décidé de leur faire profiter de mon expérience et de les aider à se projeter intelligemment et avec efficacité dans des projets de retraite réalistes.

 

Une vie personnelle nourrissante
« Mon troisième actif, et pas le moindre, c’est ma vie conjugale ». Marié depuis très longtemps, père et grand-père, Michel veut se donner les moyens de vieillir en famille et en compagnie de celle qu’il aime. « Et là encore, il faut tout inventer, tout ajuster, tout construire. Et il faut nécessairement le faire à deux », dit-il. Pour échapper aux statistiques qui sont formelles : cette période de la transition  est celle où les couples divorcent.  « Au plan conjugal, la retraite, c’est un bouleversement total. il faut trouver ensemble de nouveaux équilibres».
Avec sa femme, ils ont cherché un nouveau lieu où chacun aurait son territoire, et ont déménagé à proximité de leur ancien lieu de vie, pour préserver leur réseau amical, leur quatrième actif. Ils ont aussi veillé à avoir des occupations différentes, tout en menant des projets communs dans différents domaines : familiaux, amicaux, paroissiaux…


Toujours de nouveaux projets

Et puis il y avait l’écriture, la cerise sur le gâteau, des dizaines de petits cahiers bien remplis dont il voulait faire quelque chose. Pour se faire plaisir. Et qui lui a donné le plaisir du dépassement de soi, et l’estime de soi… Un paramètre fondamental pour amorcer le vieillissement. Il a ainsi publié un recueil de nouvelles « Errances », aux Editions du Panthéon.
Il se sent jeune mais ne se croit pas jeune. L’inverse est dangereux, « cela peut devenir un frein au bien vivre, et c’est risquer de rater cette nouvelle phase de vie » conclut-il avec un sourire bienveillant.
Michel Maruenda est un « professionnel de la retraite », à consulter sans limite pour profiter avec succès et jubilation de la retraite.

 

Un coach pour inventer sa renaissance