Stitch, OurTime… Les applications de rencontre pour les plus de cinquante ans sont désormais légion. Qu’est-ce qui les distingue et pourquoi se positionnent-elles sur ce marché ?

 

Il fut un temps, pas si lointain, où l’on rencontrait ses amis ou ses amours sur les bancs de l’école, au travail, par l’intermédiaire d’autres personnes, ou encore en pratiquant des activités diverses (sport, lecture, randonnées…). En prenant de l’âge, le cercle amical a tendance à se restreindre, les occasions de rencontrer de nouvelles personnes se faisant plus rares. Dans ce contexte, comment font les seniors ? Comme tout le monde ! Ils utilisent aussi (et de plus en plus) internet et les sites de rencontre. Certains sites américains ont vite repéré le filon pour se consacrer exclusivement aux plus de cinquante ans. C’est notamment le cas de Stitch lancé en juillet 2014, et OurTime créé en 2011.

 

Des services variés
Leur spécificité tient avant tout à leur objectif même : contrairement aux Meetic et autres Tinder, aucun de ces sites ne propose à ses utilisateurs de trouver uniquement une relation amoureuse. Et les chiffres montrent qu’ils n’ont pas tort de diversifier leurs services. La proportion de personnes qui ne sont pas attirées par la romance mais par l’opportunité de trouver une personne de bonne compagnie est en effet plus importante chez les baby-boomers. En octobre 2015, un millier de personnes entre 50 et 90 ans ont répondu à un questionnaire sur le site de rencontre Stitch. Seuls 37% des femmes et 48% des hommes affirment y rechercher l’amour. Et 27% des répondants sont intéressés par l’idée de se remarier. Ils sont en revanche nombreux à chercher un compagnon ou une compagne, en particulier pour des activités culturelles : 66% des sondés. Stitch annonce ainsi d’emblée avoir vocation à aider les seniors à trouver un compagnon qui ne soit pas forcément amoureux. Dans la « Foire aux questions » rédigée par le site pour répondre aux questions fréquentes que se posent les clients, Stitch explique que les membres peuvent rechercher « un(e) ami(e), un(e) époux(se) et tout ce qui se situe entre les deux ». C’est donc un site de rencontre au sens large. Il est ouvert à tous les plus de cinquante ans : à ceux qui cherchent un rendez-vous galant occasionnel, à partager des voyages et même à ceux qui ont déjà trouvé l’âme sœur et souhaitent se faire des amis. Stitch a bien compris que les désirs des plus de cinquante ans évoluent avec le temps et ne sont pas forcément les mêmes que ceux des jeunes générations.

 

Prêts à trouver l’amour
L’application de rencontre OurTime utilise la même recette. Elle a en effet pu décrypter les différentes attentes des baby-boomers en réalisant un sondage en 2017. D’après leurs conclusions, la majorité (55%) des célibataires de plus de cinquante ans savent précisément ce qu’ils recherchent dans une relation amoureuse et sont même 73% à savoir exactement ce dont ils ne veulent pas chez l’autre, ce qui n’était pas le cas quand ils avaient vingt ans. Aujourd’hui, près de trois quarts (72%) des personnes interrogées se disent prêtes à trouver l’amour mais la bague au doigt ne fait plus rêver pour autant. Selon le Pew Research Center les baby-boomers sont désormais presque aussi peu intéressés par le mariage que les millennials. En 2016, un quart des 18 millions d’Américains vivant en concubinage avaient plus de cinquante ans, c’est 75% de plus qu’en 2007.


Des seniors de plus en plus nombreux sur les sites de rencontre :
L’usage d’un site de rencontre reste moins répandu chez les seniors. En 2015, la part des plus de 55 ans chez les usagers est de 15% contre 27% pour les 18-24 ans. L’usage du site internet pour rencontrer l’amour n’apparaît pas comme un réflexe si l’on en croit l’étude publiée par OurTime, c’est une solution qui arrive plus tard dans la réflexion. 46% des plus de 50 ans inscrits sur le site n’ont pas eu de rendez-vous amoureux au cours des cinq dernières années et 56% n’ont pas eu de relations amoureuses pendant cette même période mais en cherchent désormais une sur internet. Les Baby-boomers sont cependant de plus en plus nombreux à avoir recours aux sites de rencontre. La part des plus de 55 ans parmi les utilisateurs est ainsi passée de 9% en 2013 à 15% en 2015. Ces modèles ont donc de l’avenir. D’autant plus que le taux de divorces augmente chez les plus de cinquante ans aux États-Unis d’après une récente étude du Pew Research Center.

 

Par Sophia Qadiri
L’Atelier BNP Paribas North America
logo-atelier

 

Ces start-up qui aident les seniors à trouver l’amour… ou l’amitié