Déjà introduit au sein de services hospitaliers, maisons de retraites et associations telles que la Ligue contre le cancer, le Qi Gong se développe comme un vrai « sport santé » auprès des seniors. Un colloque organisé à Paris, le 16 novembre dernier, par la fédération des Enseignants de Qi Gong, Art Energétique (FEQGAE) a souligné l’efficacité indéniable de cette gymnastique énergétique dans la prévention des chutes auprès des personnes âgées.

Comme les personnes âgées, le Qi Gong est… ancien. Cette pratique énergétique est issue de la médecine traditionnelle chinoise. Elle a plus de 5000 ans. Son nom vient de la combinaison de deux idéogrammes : Qi (souffle) et Gong (travail). Ce travail par la respiration favorise la circulation des flux énergétiques dans le corps. C’est l’activité anti-performance parfaite puisqu’il n’y a aucun rapport de force dans le Qi Gong où les mouvements sont lents et très doux, fluides et précis, rythmés par le souffle. Cette pratique détend et favorise une meilleure connaissance des sensations du corps. Elle est donc particulièrement recommandée aux séniors.

Yves Réquéna, médecin acupuncteur et enseignant, a témoigné de son efficacité pour cette population. « En fait, tout le monde peut pratiquer. J’ai un débutant qui a 78 ans, constate-t-il. Des personnes qui ont une mobilité très réduite ou quasiment réduite et qui ont du mal à se déplacer suivent des cours. Celles qui ont une maladie chronique ou sévère comme la polyarthrite rhumatoïde ou des séquelles d’accidents cérébraux le peuvent aussi. La pratique peut débuter à tout moment et évolue au fil du temps. Elle va apporter un confort et un meilleur équilibre, elle agit également sur le stress. La personne va  récupérer de la mobilité et peut se réconcilier avec son corps à travers la confiance qu’elle va retrouver.
Et puis, ajoute-t-il, il y a le plaisir ! Le goût de la vie et de profiter des choses va augmenter. Des études scientifiques ont prouvé que cette activité a une action sur la dépression liée à l’âge. Or, on estime que 50% des personnes âgées sont déprimées. » Certains mouvements permettent même de diminuer les chutes chez les personnes âgées. « Il s’agit d’un ensemble d’exercices qui consiste à être debout en position immobile ou en marche, précise Yves Réquéna, également auteur de nombreux livres sur le sujet (*). Soit en position debout, immobile sur un pied, soit en marche lente, ce qui permet au cerveau de réintégrer les réflexes entre la cheville et lui-même et donc de coordonner la marche. Cet exercice doit être fait régulièrement.

Le Tai Chi et le Qi Gong sont des activités ludiques, elles ne sont pas faites comme une rééducation mais avec le plaisir de pratiquer. Cela facilite la persévérance et la souplesse. » Grâce à leur marche plus assurée, les seniors se rassurent donc eux-mêmes et retrouvent une plus forte autonomie. Aller dans un cours collectif leur permet aussi de maintenir un lien social et donc de lutter contre l’isolement. Des cours spécifiques leur sont dédiés partout en France. Et c’est nouveau, il y a désormais une ouverture vers ce type d’activité en complément de la médecine allopathique traditionnelle puisque des mutuelles de santé envisagent des programmes de prévention et d’entretien incluant le Qi Gong.

Marina Lemaire

Pour en savoir plus :
> Fédération QI Gong
> Centre de culture : Temps du corps

(*) A lire et à voir : « Le Qi Gong anti-âge » (2010) d’Yves Réquéna. Ed. La Maisnie-Trédaniel.

Bien vieillir : le Qi Gong pour renforcer son autonomie