L’augmentation de la longévité est une révolution qui draine avec elle son lot de stéréotypes, liés aux peurs qu’elle engendre. Des idées reçues qui renforcent une image dégradée de la vieillesse, qui nécessite un changement de regard.


> Idée reçue n°1 :
Être retraité, c’est être inutile

Faux ! Pour les 15 millions de Français à la retraite, il ne s’agit pas d’être en retrait de la société, de ne rien faire ou de ne s’occuper égoïstement que de soi. Les seniors restent très impliqués dans la société et sont même soucieux de se rendre utiles. Souvent très impliqués auprès de leurs petits-enfants, ils représentent aussi aujourd’hui la moitié des 8 millions d’aidants français. Ils sont également très engagés dans le bénévolat : la moitié des bénévoles en France sont des seniors. Enfin, ils sont un demi-million à cumuler emploi et retraite et  17% des auto-entrepreneurs ont plus de 65 ans.

 

> Idée reçue n°2 : Vieillir, c’est vivre seul

Un quart des personnes âgées souffrent de l’isolement, c’est vrai. Mais vieillir seul n’est pas une fatalité.  Le développement de multiples initiatives intergénérationnelles montre que la guerre des générations n’est pas d’actualité : de la colocation aux activités artistiques en passant par l’intergénérationnel à l’école, des personnes de tous âges aiment se rencontrer, et échanger. Il existe même aujourd’hui un master de communication intergénérationnelle.

 

> Idée reçue n°3 : Être vieux, c’est finir sa vie dans une maison de retraite

L’image des hospices, véritables ghettos pour vieux qu’on ne veut plus voir, a la vie dure. La réalité est heureusement tout autre ! Seuls 10% des seniors vivent ailleurs que chez eux.  L’adaptation du logement et le développement de l’aide à domicile permettent de plus en plus de vieillir chez soi comme le souhaite 90 % de la population. On peut aujourd’hui choisir la solution qui convient le mieux à ses besoins et à ses moyens. Du Senior Cottage à la maison de retraite qui ressuscite les années 1950 en passant par la maison des générations, il y en a pour tous les goûts !

 

> Idée reçue n°4 : Les seniors ne sont pas connectés

Faux ! 1 internaute sur 3 est aujourd’hui un senior et 15% des plus de 70 ans sont ultra-connectés. Les baby-boomers (47-65 ans) passent même 30 heures en moyenne par semaine sur le web, à tel  point qu’on les appelle les « silver surfers ». Les seniors ont du temps, de l’argent et ont la ferme intention d’être connectés, que ce soit pour communiquer avec leurs petits-enfants par Skype, faire des achats en ligne (7 milliards, c’est la moyenne annuelle des dépenses sur Internet des + de 50 ans), partager sur les réseaux sociaux (1 twittos sur 5 a plus de 50 ans), utiliser des objets connectés adaptés ou encore pour surfer  sur la vague collaborative.

 

> Idée reçue n°5 : La vieillesse n’est que dépendance

On vit plus longtemps aujourd’hui, certes, mais on vit surtout plus longtemps en bonne santé ! Et l’âge d’entrée en incapacité n’a cessé d’être repoussé, pour s’établir en moyenne aujourd’hui autour de 85 ans. Il n’y a donc pas de rapport entre l’allongement de la durée de vie et la perte d’autonomie, et si certaines maladies chroniques liées à l’âge font toujours peur, les progrès des thérapies non médicamenteuses par exemple, permettent de mieux vivre avec la maladie, et de rester connecté aux autres, pour peu bien évidemment que la société change de regard.

 

> Idée reçue n°6 : Vieillir, c’est ne plus avoir de désir

Faux ! Ce n’est pas parce qu’on est vieux qu’on ne désire plus, et heureusement ! La sexualité des seniors commence enfin à être un peu moins taboue, comme en atteste l’enquête de Marie de Hennezel, « Sex and Sixty ». Et avoir encore 30 ans à vivre lorsqu’on prend sa retraite pousse de plus en plus à refaire sa vie : le taux de divorce est le plus fort à la soixantaine ! Enfin, si ce désir se manifeste moins dans la performance que quand on est plus jeune, il est essentiel au bien vieillir, surtout si l’être humain est de plus en plus en quête d’immortalité !

6 idées reçues sur le vieillissement